Voyage

  ​A Bangkok, il y a de nombreux moyens pour se déplacer :

- les trains qui relient plusieurs gares à l'intérieur du Grand Bangkok

- les métros BTS et MRT qui desservent certains quartiers

- l'airport link, mi ​tra​​in/mi métro qui vous amène de Suvarnabhumi au centre-ville

- les bateaux longue queue sur la Chao Phraya river pour de petits groupes

- et les bateaux bus du Chao Phraya Express sur la rivière qui traversent la ville du nord au sud

- un gros réseau de bus, souvent lents à cause des embouteillages.

- un gros réseau de song tehaws dans certains quartiers périphériques. Ce sont des pick-ups avec deux planches latérales en guise de banquettes d’où leurs noms (song tehaws = deux planches)

- les taxis-meter pas très chers et assez confortables

- les célèbres tuk-tuk toujours plus chers, typiques, ​sûrement ​classés au patrimoine de Bangkok

- et les fameux moto-taxis dont je vais vous parler maintenant.


Ils sont un peu plus chers que les taxis et roulent sur d'assez courtes distances, jusqu'à 100 Bahts, un peu moins de 3 €​ ce qui fait quelques kilomètres.

Le confort est celui d'une motorbike, c'est à dire une grosse mobylette avec parfois des pneus sous gonflés, des amortisseurs hors d'âge et une selle fatiguée dont les ressorts sont un tantinet dur. Il ne faut pas avoir le fondement fragile ou douillet

Mais la plupart de ces motos sont bien entretenues et n'ont pas de problèmes

Les pilotes de ces engins sont souvent des kamikazes, peut-être dopés au ya ba, littéralement la drogue qui rend fou, une meta-amphetamine locale extrêmement addictive qui dope certains moto-taxi et conducteurs de mini-vans.

En moto-taxi, j'ai eu droit à tout. Mais tout.

Tout d'abord jamais de casque. Le pilote en porte presque toujours un mais très rarement le client alors, que depuis quelques années ils sont obligatoires même pour le passager. Dans mon village non plus presque personne ne met le casque

- Ah Bon !

- Oui

- Roulé à fond dans un caniveau, peu profond heureusement, pour croiser une voiture dans un soi (venelle – prononcer soille) très étroit et à sens unique

- Et quoi d'autre ?

- Pass​é​ à fond la caisse​ entre les files de voitures dans les embouteillages avec à peine un poil de c.… de chaque côté. Une fois, j'ai touché un rétroviseur.

- Pas mal

- Sens interdit. 

Contresens sur une voie rapide a quatre voies

-Tain​, ​ ça craint

- Sur. ​E​​t à toute blinde aussi sur un trottoir​, ça te parle ?

- D'accord...

​- Un driver plus gros que moi ​ ​et j'étais assis sur à peine un quart de la selle et sur la barre arrière ​ 

​- J'aurais voulu voir ça.

-​ Ben pas mes fesses d'autant que souvent les petites routes ou les sois ont des nids de dindes ou des ralentisseurs parfois pas mal chaotiques, surtout si le mec ne ralentis pas. Puis on a souvent grillé des feux rouges   

- Aie ! Aie !  Aie !

- Pénétré​é​ par un porche dans un immeuble, traverse ​la cour, sorti par le portail du côté perpendiculaire afin de zapper le feu rouge. Il faut dire qu'à Bangkok de nombreux ''traffic light'' égrainent les secondes avant de changer de couleur et le pilote sait s'il aura le temps de faire cette manœuvre d'​é​vitement

- C'est chaud

- Encore plus chaud, pass​é​ sous un passage à niveau en train de se baisser '' Baisse la tête m'a dit le motard''. A l'époque je ne l'avais pas compris mais je l'ai ​i​mit​é​

- Ah !  Oui, d'accord

- Oui ! Quelques bonnes réjouissances qui te permettent de zapper les films d’horreur​. ​

- Et tu continues à​ les prendre ?  

- Oui, ​ ​pour la bonne raison qu'ils sont bons ​marchés​, rapides et qu'avec eux les embouteillages nombreux dans certains quartiers, n'existe​nt donc plus. ​ En plus ils sont sympas. ​ Je suis VIP pour ceux qui sont vers mon hôtel pendant les deux mois où j'y suis resté ? Il faut dire que lorsque c'est une fille, la conductrice, je lui donne 10 Bahts de pourboire.  Ca les fait bien marrer. Je n'ai jamais vu de chauffeur de taxi féminin mais il y a quelques conductrices de moto-taxi

- Mais c'est dangereux. Je crois savoir qu'il y a beaucoup de morts en moto en Thaïlande.

- C'est vrai. Surtout lorsqu'il y a des fêtes et donc de l'alcool.

- Et tu n'as pas peur

- Ben on serre les miches. ​ ​Et je peux te dire que je les ai serrées souvent.

Inutile de te dire qu’il y a peu de pin-pins qui les prennent. 


FerDex

Il se la coule douce au bord du Golfe du Siam.
— Il fait des voyages dans toute l’Asie ( Thaïlande, Laos, Cambodge, VietNam, Malaisie, Singapour, Philippines, Indonésie, Malaisie, Inde, Chine, Mongolie, Birmanie, etc.)
— Bref, il vit, peinard mais concerné !

Remonter